Édition,
investigation
et débat d'idées

Les chants de nuit de Saad Hassani

Saad Hassani a relevé le défi du grand format. Sa nouvelle exposition à l’espace d’art Artorium à Casablanca était pour lui un double défi : celui des œuvres monumentales, et de se renouveler totalement. « Je ne voulais plus de choses anecdotiques ».

Après un rappel de ses deux dernières périodes, l’Échiquier, pensé lors de son séjour parisien en 1997, puis le Corps singulier, il présente de grandes toiles monochromes, au titre poétique de Chants de nuit.

C’est le travail sur le bleu qui l’a amené à effacer toute trace narrative ou décorative de sa peinture. « Une couleur très difficile, que je traite comme une pièce ancienne. Une couleur qui a inspiré aussi Klein, Rothko, Kacimi ».

Les Chants de nuit, qui vont du bleu aux nuances de beige rosé, des blancs aux ocres, suscitent une émotion intense. Saad Hassani peint le silence, les rêves qui s’éloignent, les obsessions qui se dissipent. Et dans cet art de l’effacement, il nous tend le miroir de notre finitude.

L’exposition dure jusqu’au 16 juin – Espace d’art Artorium, Casablanca.

Kenza Sefrioui